Consultations gynéco-obstétricales

Avoir un gynécologue dans le centre de santé APECOS est louable. En contrepartie, l’horaire de travail s’avère un défi à relever, du fait que je suis seulement en consultation et compte tenu du nombre élevé des femmes qui se présentent à cette consultation gynéco-obstétrique gratuite.

Le contrat prévoit quatre heures de prestation de soins par semaine, mais il m’arrive de faire plus. Je dois m`adapter à l’horaire du centre afin que les femmes enceintes ne soient pas obligées de venir les fins de semaine. Les consultations doivent se faire le matin pour que les futures mamans rentrent tôt à la maison, car elles ont souvent plusieurs heures de marche à faire et la noirceur tombe brusquement au Burundi.

Pathologies observées:

·        Oligoamnios à 24 et 33 semaines

·        Mort fœtale in utero à 29 semaines

·        Rupture prématurée des membranes supérieure à 3 jours à 36 semaines

·        Cerclage pour béance du col avec antécédent de 2 accouchements prématurés rapides

·        Anémie sévère avec HB à 6.8g/dl à 38 semaines

·        Grossesse gémellaire avec syndrome transfuseur transfusé

·        Trois fausses couches dont deux ont  été traitées par le cytotec et une en attente pour aspiration à la clinique Van Norman.

Devant toutes ces pathologies, la chance est que nos patientes sont transférées à la clinique où je travaille et sont bien accueillies en plus d’un suivi personnalisé, ce qui n’est pas le cas dans les hôpitaux publics.

IMG_20170509_161901

Un fait étonnant est d’avoir accueilli une femme ayant fait une rupture prématurée des membranes à 19 semaines. À l’échographie la quantité du liquide amniotique avait fortement diminué et il y avait nécessité d’hospitalisation pour une surveillance stricte afin d’éviter l’infection. La patiente a refusé pour les raisons suivantes : «j’habite loin et mes enfants sont seuls à la maison».

Tels sont des difficultés que nous rencontrons sur le terrain: les femmes sont parfois seules avec les enfants, elles sont dans une pauvreté extrême et souvent abandonnée à leur sort.

Écrit par : Inocente Irakoze, la gynécologue du projet

Ce projet est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s