La formation SOGC

Dans le cadre de l’exécution du Projet SMNE, l’APECOS, en collaboration avec L’AMIE et la SOGC, a organisé à KIGOMA en République unie de TANZANIE une formation  continue des prestataires potentiels ciblés œuvrant dans les  services de la maternité des quelques hôpitaux et des centres de santé du district sanitaire sud (Zone MUSAGA) en Mairie de Bujumbura d’une part  et des hôpitaux  partenaires de l’APECOS d’autres part. La dite formation visait le renforcement des capacités des prestataires en vue d’améliorer la qualité de prise en charge des femmes enceintes en pré, per et post partum.

Ateleir 2

La formation était de 5 jours, du 19 au 23 septembre 2017, dans les enceintes de l’hôtel Tanganyika. Cette formation était pilotée par des experts canadiens de la SOGC (Société des obstétriciens et gynécologues canadiens) et des formateurs burundais représentant le Ministère de la Santé du BURUNDI.  Elle portait sur :  les soins obstétricaux néonataux d’urgence (SONU) de base comprenant la santé sexuelle génésique, la grossesse et l’accouchement à moindre risque, les droits de la femme et l’audit d’un décès maternel soins obstétricaux néonataux d’urgence (SONU) de base comprenant la santé sexuelle génésique, la grossesse et l’accouchement à moindre risque, les droits de la femme et l’audit d’un décès maternel.

C’était une formation qui n’était pas comme les autres que l’on avait déjà organisées. Car il s’agissait d’une formation très importante et très bénéfique ; très animée pour les praticiens ou prestataires de la maternité. La matière enseignée, la façon originale de dispenser le cours, le matériel didactique jamais vu dans la pratique burundaise qui a facilité l’assimilation, sans toutefois oublier les formateurs tant canadiens que burundais qui ont animé cette formation durant toute la période de la formation.

La coordinatrice terrain est arrivée à Kigoma une soirée avant pour accueillir la volontaire de L’AMIE qui venait pour la finalisation des préparatifs de la formation qui se faisaient à distance et qui avaient commencé au Burundi, avant que les participants et les formateurs arrivent. À l’arrivée des participants (lundi le 18 septembre 2017), la coordinatrice terrain et la volontaire de L’AMIE ont d’abord accueilli les formatrices (les 4 gynécologues canadiennes de la SOGC, ensuite, les participants en les aidant à s’installer à l’hôtel. La soirée a été réservée aux informations concernant les logistiques et autres informations pertinentes,  car la plupart des participants n’avaient jamais fait une sortie à l’étranger et même n’avait jamais dormi dans un hôtel.

Foto de famiile

Le lendemain, le 19 septembre, fut le premier jour de la formation, la coordinatrice du projet terrain a accordé la parole à Monsieur le coordinateur national de l’APECOS pour l’ouverture solennelle de la formation. L’accueil des instructeurs et les participants potentiels choisis en ont suivi.

Après, un pré-test a été fait le premier jour de la formation pour évaluer le niveau de chaque participant.

Formatrice

La Formation était en deux parties : théorie et pratique (ateliers). Les thèmes divers  ont été développés tels que :

– L’approche axée sur les droits sexuels et génésiques du PGI

– Accouchement vaginal par le siège

– Gestion du travail et arrêt de progression du travail (comprend des concepts clés de l’utilisation du programme) etc..

– Dystocie de l’épaule

-Gestion du travail : parties 2, 3 et 4

-Hémorragie du post-partum etc….

Un post test a été fait le dernier jour de la formation pour évaluer la performance des participants après la formation.

Atelier 3

La formation était très intéressante, cela s’est manifesté par la participation active des participants. Ils s’organisent eux-mêmes pour travailler la nuit ; ils s’entraident mutuellement dans les explications, une animation qui encourage même les formateurs canadiens. Des questionnements sur la matière que ça soit au niveau des  cours théoriques, pratiques et  ateliers, tout le monde était intéressé par la formation. Les participants ont été soumis à un examen écrit où 6 personnes ont pu avoir plus de 80% et ont été retenus comme superviseurs.

IMG-20171010-WA0000

La formation s’est clôturée en beauté et dans une ambiance de fête par la remise des certificats.

Écrit par Denise Bantégeyeko, coordinatrice projet Burundi

Pour lire les chroniques précédentes : https://aideinternationalealenfance.wordpress.com/category/chroniques/

Pour en apprendre plus ou soutenir ce projet qui est présentement en campagne de financement : http://www.amie.ca

bannière Facebook - campagne financement-projet santé mère-enfant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s