L’AMIE à Québec : Jardin en lasagne, patates magiques et smart pot!

L’AMIE œuvre majoritairement en collaboration avec ses partenaires des pays du Sud. Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF) offre également l’occasion de mettre en place un projet local dans le cadre du programme d’éducation à la citoyenneté mondiale. Cette année, nous avons commencé le projet Les jardins solidaires pour la sécurité alimentaire avec la Maison Marie-Frédéric, maison d’hébergement pour les jeunes de 18 à 30 ans en intégration/réinsertion sociale. Au fil des mois, vous pourrez lire les témoignages des bénéficiaires participant activement au projet. Bonne lecture! 

*Note de L’AMIE : Les résident.e.s de la maison Marie-Frédéric y séjournent jusqu’à six mois donc certain.e.s d’entre eux.elles ne font plus partie du groupe initial du projet alors que de nouvelles personnes ont pris la relève. Quelques ancien.ne.s viennent cependant prêter main forte sur leur temps personnel.

IMG_7804

Dans le cadre d’un projet commun, nous avons commencé un projet de jardins pour la maison Marie-Frédéric (ou MMF pour les intimes) pour y faire un aménagement paysager et une possibilité d’autosuffisance saisonnière des produits du jardin. En plus d’aider dans l’estime de soi, ce projet et la mission de la maison Marie-Frédéric nous permet de pouvoir nous-mêmes travailler la terre à mains nues et de récolter ce que nous avons planté. C’est une dame, du nom de Marie-Ève, qui est venue nous en parler et qui a fait un plan très détaillé du futur jardin. J’étais sans mot rien qu’à y penser et j’avais vraiment hâte!

Le projet a commencé par une parcelle sur un terrain inégal, rocheux et difficile. Nous avons commencé par un montage de « patates magiques » et de « jardinage en lasagne », méthodes qui se font sur la terre et non sous terre (voir note de notre horticultrice au bas du texte). Par la suite, une parcelle a été retournée et a été labourée. En même temps, la maison Marie-Frédéric possède une parcelle de jardin, au jardin communautaire Tourne-Sol, en parallèle du jardin de la maison. Nous avons semé du concombre, de la tomate et de l’oignon dans l’autre jardin. C’était le fun tout désherber. Marie-Ève était venue une semaine avant pour nous ré-expliquer le projet.

IMG_7790

IMG_7775

Deux semaines après que le projet du jardin ait commencé, nous avons débuté une autre parcelle, à côté de la première. Nous avons reçu une montagne astronomique de terre qui remplit quasiment toute la cour d’entrée. C’est énorme ! On nous a dit que c’était pour le jardin. On s’est alors demandé quelle grosseur de jardin on allait avoir. On aurait pu faire les jardins suspendus de Babylone avec tout ça! Malheureusement, le camion qui a laissé la terre s’est enlisé dans le sol à cause de la pluie tombée au cours des jours précédents. Il a donc laissé deux sillons géants dans le terrain défigurant un peu le paysage. Mais bon, ce sont les aléas de la vie. Comme on dit ici, on gère ces malaises et on continue. Nous avons terminé par semer dans deux bandes de sol. Dans notre compost des patates magiques, qui ont commencé à pousser assez vite, nous avons commencé les bacs pour les jardinières sur le bord des fenêtres. Nous avons reçu du bois dans la semaine et je croyais à ce moment-là qu’ils allaient s’en servir pour égaliser le terrain. Mais oups, j’avais tout faux; nous avons fabriqué les trois bacs et passé la journée sur notre jardinage. Ouf, c’était épuisant !

IMG_7805

Troisième semaine de jardinage : nous avons eu les membranes géotextiles pour les bacs et nous les avons installées. Nous nous sommes servis de la terre à jardin pour reboucher le trou du camion et pour taper la terre, manque de bol, on n’avait pas les outils pour la tâche! Je me suis donc servi d’une dalle de béton pour aplatir de façon ingénieuse la terre. On a aussi rempli les bacs de terre, ce qui était assez drôle, car j’allais plus vite avec un simple sceau que la brouette. Je sautais dans la terre comme un petit garçon. C’était plaisant et ça rappelait des souvenirs d’enfance, de nos premières plantations. Nos semis on tellement poussé! Nos radis ont même déjà commencé à sortir. C’est génial de voir la nature à l’œuvre. Nous avons aussi fait la plantation d’amarante qui est la plante totem représentative de notre projet avec l’AMIE. Nous l’avons installée sur le bord de la route dans un bac intelligent (smart pot – voir note de notre horticultrice au bas du texte). Je ne sais pas encore ce qu’un bout de plastique qui contient de la terre a d’intelligent, mais c’est une bonne occasion de se renseigner! Nous sommes prêts pour la suite et nous voyons les choses en grand et en vert!

IMG_7801

Par Ghislain, résident de la MMF et participant de la relève au projet des jardins solidaires

 

 IMG_7803

Notes de notre horticultrice, Marie-Ève Roy :

Jardin en lasagne : Expression utilisée pour une méthode de démarrage de jardin, sans travail du sol.  Nous faisons une « lasagne » avec des matières organiques vertes et brunes en alternance, qui vont se décomposer sur place, donc nourrir le sol, tout en permettant une récolte et en stoppant la croissance du gazon. Nous ajoutons ensuite une bonne couche de terre et de compost (30 cm et +) pour pouvoir faire des plantations directement dans la butte-lasagne que nous avons constituée.

Voici l’exemple des couches de notre lasagne : Carton brun, branches et feuilles (récupération de sacs de raclage du printemps), résidus verts (rognures de gazon, déchets verts de cuisine (seulement les retailles de légumes) etc.). Répéter quelques fois selon la hauteur désirée et ajouter la terre et le compost. Bien mouiller la butte avant et après la plantation.

Patates magiques :  La méthode des patates magiques nous permet de nous prélasser tout l’été, d’avoir une récolte de pomme de terre, tout en préparant incroyablement une parcelle pour une plantation à l’automne ou au printemps prochain.

Nous utilisons du carton brun (les grands formats de boites sont idéals) pour ensuite y faire des incisions en X avec un exacto à chaque pied sur la grandeur désirée.  Mettre un morceau de patate germée à l’intérieur de l’incision (déposée sur le sol). Couvrir le tout avec un pied de paille.  Arroser.  Attendre.  Récolter!

Lors de votre récolte, vous pourrez constater que le carton s’est dégradé, le gazon s’est décomposé, les racines des pommes de terre ont commencé à décompacter le sol, ainsi que les vers de terre, qui en remontant pour venir chercher le carton et la paille, ont bien fait leur travail d’aération du sol. Ceci permettra aux racines et à l’eau de bien circuler, ce qui réactivera les cycles de vie dans le sol.

Tout ce qu’il nous faut pour le début d’un beau jardin en santé!

Pour les smart pots, le géotextile utilisé laisse davantage circuler l’air et les racines ne se sentent pas contraintes de la même façon que dans un pot conventionnel.  Leur développement en sera affecté positivement.

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s