Ouvrons-nous sur le monde

Les enfants, les adolescent.e.s et les jeunes adultes font tou.te.s partie intégrante de la société. Le dimanche 12 août avait lieu la journée internationale de la Jeunesse. Qu’est-ce que cela implique chez vous ou chez moi? Que signifie ce terme? Selon le dictionnaire français Larousse : Temps de la vie entre l’enfance et la maturité.

Cela représente donc une courbe de la vie qui ne fait qu’avancer et nous apprendre davantage sur celles et ceux que nous sommes et sur ce qui nous pousse à faire des choix qui sauront nous amener loin ou pas. J’ai trouvé important de souligner cette journée, car elle décrit d’où nous venons et ce qui nous différencie par notre culture.

fillette-bolivie.jpgCette fillette sur la photo montre les couleurs de son pays et ce que représente son histoire qui est souvent mise de côté. À travers leur histoire, je découvre un peuple rempli de charme, qui ne cesse de m’apprendre sur sa manière de vivre qu’il désire laisser comme héritage à ses enfants. C’est ce qui fait toute la différence; leurs cris et leurs pas de danse ainsi que leur musique rythmée.

En venant ici en tant qu’éducatrice, j’avais ma conception déjà toute faite du Canada et je me disais que je pourrais l’appliquer comme tel. Pourtant je me suis trompée. Chaque pays a sa façon de faire et en me laissant imprégner de cette diversité, je saurai que chaque personne agit différemment.

En tant qu’éducatrice, je suis venue apporter ma joie de vivre et profiter des moments auprès de ces enfants. Je suis également venue apprendre à adapter la psychologie du Québec à celle de la Bolivie. Parce que même si ça part de la même mentalité, il faut savoir comment l’adapter au climat qui peut être un facteur important dans l’éducation de ces enfants. La psychologie je trouve cela important, car cela permet de mieux cerner les enfants et de savoir comment aller les chercher en faisant des jeux d’apprentissage. Pour moi le rôle d’éducatrice ne se résume pas seulement à jouer avec les enfants, mais également à apprendre d’eux et surtout de créer des liens, afin qu’ils me fassent confiance comme je leur fais confiance.

Il faut également tenir compte qu’en me laissant imprégner de cette culture, j’apprendrai à faire ressortir ma créativité à partir de ce que je trouve. En prenant une partie de chez moi et une partie de la Bolivie j’emmènerai une nouvelle facette de voir la vie et de me laisser envelopper par elle par cette nouveauté qui m’entoure. Moi-même je fais partie de la jeunesse grandissante qui a besoin d’apprendre à travers cette ville qu’est Sucre et qui m’ouvre ses bras.

 

Frantcel Gérôme – PSIJ à la Fondation Wiñay à Sucre, Bolivie


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s