Impact des « spots » et de la sensibilisation dans la population

dscf1592« Le Burundi enregistre un taux extrêmement élevé de femmes qui meurent par an pendant la grossesse ou l’accouchement, soit 500 décès pour 100.000 naissances vivantes. Cette situation est aggravée par un niveau élevé du taux de mortalité infantile pendant l’accouchement, à savoir 59 décès pour 100.000 naissances {1}. »

C’est dans cette optique que l’APECOS, avec la collaboration de L’AMIE, a mis en œuvre un projet qui vise à contribuer à la réduction de la mortalité maternelle et infantile dans le district Sanitaire Bujumbura Mairie Sud, au Burundi, afin de satisfaire l’objectif ultime qu’il s’est assigné. Pour atteindre cet objectif, plusieurs actions ont été menées. Entre autres, il y a les spots radiophoniques pour sensibiliser la population sur la santé maternelle et infantile à travers plusieurs thèmes comme : sensibilisation à la consultation prénatale, la planification familiale, les grossesses non désirées, l’implication des maris dans le suivi de la grossesse, l’avantage de faire les échographies pendant la grossesse, etc. Ces diffusions ont permis à plusieurs femmes du district sanitaire sud de recevoir l’information sur la santé maternelle et infantile, d’avoir l’occasion de fréquenter le centre APECOS afin de bénéficier des services et des soins pour la sécurisation de leur grossesse, de changer leur comportement et de bénéficier les enseignements qui leur permettront d’améliorer leur santé.

Entre le début du projet en avril 2016 jusqu’à fin septembre 2018, l’impact du projet est très positif, 835 femmes ont été admises pour le suivi et pour la sécurisation de leur grossesse. 99,33% des femmes et des enfants ont été sauvés du danger. Maintenant, les femmes et les enfants sont en vie et nous nous réjouissons.

Au niveau de la sensibilisation dans la population, 4681 personnes ont été sensibilisées par les autres activités réalisées par les ambassadeurs.rices sur la santé maternelle et infantile et ont changé leur comportement. Actuellement, quelques-unes en témoignent.

img_20180918_125849Témoignage d’une femme du centre : « Avant mon admission au centre, je ne savais pas l’importance de faire les échographies et de faire les consultations prénatales. J’avais déjà accouché d’enfants qui sont morts à la naissance et je croyais que j’avais été ensorcelée. Pourtant, j’avais des infections. Je remercie toutes personnes qui ont lancé un appel à la radio sur le suivi des grossesses. Je loue toutes personnes qui ont contribué au suivi de ma grossesse jusqu’à ce que j’aie un enfant. Aujourd’hui, je mets l’enfant au dos. Je suis fière d’être femme et mère. »

 

Écrit par : Denise BANTEGEYEKO, Coordninatrice du projet entre L’AMIE et l’APECOS

  1. Les taux de mortalité maternelle et infantile sont encore extrêmement élevés, a déclaré jeudi soir à Bujumbura Mme Jacqueline Ndabagirire, experte en santé publique au programme national de santé et de la reproduction (PNSR).

 

Pour lire les chroniques précédentes :
https://aideinternationalealenfance.wordpress.com/category/chroniques/ 

Pour en apprendre plus ou soutenir ce projet qui est présentement en campagne de financement : www.amie.ca

bannière Facebook - campagne financement-projet santé mère-enfantCe projet est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s