Madagascar, le pays où …

20190613_101752

Déjà un mois que je suis arrivée en Afrique. Pardon, je veux dire à Madagascar! Ils sont Malgaches avant d’être Africains, comme nous sommes Québécois avant d’être Canadiens. Bon, je ne vous cacherai pas que je suis déjà tombée en amour. Tombée en amour avec ce pays. Ce pays qui ne cesse de me fasciner et qui me fascinera probablement encore pour les 5 prochains mois. Je suis fascinée par sa culture, sa langue (un peu incompréhensible, je l’avoue), ses paysages, sa nourriture, sa diversité, mais surtout, je suis fascinée par son peuple si attachant. Des sourires à en fendre le cœur (sans exagération), c’est ce que j’ai la chance de voir tous les jours. Je commence à me sentir de plus en plus chez moi, même si les « Vazaha! Vazaha » (étrangère)  fusent de partout. J’habite à Androvakely, un petit village charmant et paisible où les poules et les poussins se promènent un peu partout dans les rues (en terre, précisons-le). Je crois que je ne pourrai jamais me lasser du magnifique paysage bucolique qui m’entoure.

20190613_112324Je me sens bien dans l’association où je travaille, soit SPV-Felana. Je dirais même que j’ai l’impression d’être là où j’avais vraiment envie d’être. Pour vous mettre un peu en contexte, SPV-Felana est une association situé à Androvakely dans la région d’Antsirabe qui vise à améliorer les conditions de vies des familles dans le besoin afin de construire avec et pour les Malgaches une société meilleure. Dans cette visée, l’association a créé l’éco-village «Unis-vert-cité» pour rassembler en son sein ses différents champs d’intervention tels que l’éducation, la santé, la permaculture, l’environnement et le sport. J’ai comme mandat de développer un projet écotouristique pour faire découvrir l’initiative portée par l’association et parallèlement contribuer à son développement. C’est un projet très intéressant et j’adore travailler dans un contexte interculturel. Chaque jour je me sens grandir un peu plus (intérieurement, parce je mesure encore que 4 pieds 11 et demi). J’ai déjà hâte de voir ce qu’ensemble, nous allons accomplir en 6 mois! Je dis ça comme ça, mais si vous venez à Madagascar, n’hésitez pas à venir par ici, ça vaut le détour!

received_2120901161372612Voilà, aujourd’hui que je repasse dans ma tête tous mes jours à Madagascar depuis mon arrivée et j’ai le sourire aux lèvres. J’ai envie de vous partager quelques-unes de mes observations loufoques…

Madagascar, le pays où :

  • Les gens ne se disent pas bonjour, mais plutôt «bonne santé»! (Salama en Malgache… Mais si tu « feel wild » tu peux aussi dire Salamé, Salamo, Salami!);
  • On colle des affiches avec des bananes (le pire, c’est que ça fonctionne);
  • Ça prend 6h de route pour faire 140 km (une chance que les paysages sont magnifiques);
  • Sans riz, ce n’est pas un vrai repas;
  • Une invitation au karaoké n’attend pas l’autre;
  • La pause du midi dure 2h ;
  • Les gens sont si souriants et charmants;
  • Céline et Garou sont célèbres;
  • T’apprends à « tirer » à la pétanque avant de marcher;
  • Le « moramora » est de mise (pas de stress) ;
  • Il y a des rizières à perte de vue ;
  • On calcule le temps qu’une femme est enceinte selon les cycles lunaires de 28 jours… et d’ailleurs pour dire mois, on dit « volana » en malgache, qui signifie aussi lune. Cela veut dire qu’une femme serait enceinte durant 10 mois! ;
  • Tout le monde sait bien danser (sauf moé) ;
  • Une petite bouteille de rhum coûte moins cher qu’une bouteille d’eau;
  • La flore est incroyable; les palmiers cohabitent avec les conifères et les cactus;
  • La croyance veut que si tu fonces dans un pousse-pousse (transport national) tu n’auras pas de mari;
  • Les grandes roues sont manuelles (oui, oui c’est quelqu’un qui la fait tourner avec ses pieds);
  • Tu peux te faire encorner par un zébu à tout moment;
  • L’hiver, on gèle la nuit et on crève le jour (du moins à Antsirabe);
  • Voir des comètes devient banal (pas vrai, je capote à chaque fois);
  • Tu peux manger des cacas de pigeons (je vous ai bien eu.e.s, ce sont des petits craquelins!);
  • Les enfants fabriquent des cerfs-volants avec des matériaux recyclés et ils sont magnifiques à regarder;
  • Il y a plus de nids de poule qu’à Montréal;
  • Les gens transportent tout sur leur tête (pis ça tient!) ;
  • Il en faut peu pour être heureux!

Bref, Madagascar, un pays où il fait bon vivre.

20190619_134735Je termine sur une blague malgache inventée par nous, les « vazaha » :

  • C’est quoi le fruit préféré de la poule?
  • Le pok-pok (fruit d’ici qui ressemble à la cerise de terre).

Avouez que vous avez ri.

 

Shanelle V. Sauvé, stagiaire PSIJ 2019 à SPV Felana en tant qu’agente en écotourisme, Madagascar, Antsirabe

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s