Nos ressemblances nous rassemblent et nos différences nous rendent uniques

maison_madaÀ quelques jours de compléter mon deuxième mois à Madagascar, je peux déjà dire que c’est un pays fascinant. J’en ai encore pour quelque temps ici, mais je suis persuadée qu’il ne cessera de me surprendre. Les premiers jours ont été remplis de toutes sortes d’émotions, de beaucoup de nouveaux visages, de paysages différents. Aujourd’hui, tout semble un peu plus familier. Je m’y plais bien.

Il est vrai que je n’étais pas complètement dépaysée à mon arrivée. J’ai retrouvé des parcelles de la Colombie, mon pays d’origine et de Montréal, la ville qui m’a vue grandir. Je parle de ces deux endroits en particulier parce que ce sont ceux que je connais. Par contre, je suis certaine qu’une personne qui connait d’autres endroits dans le monde, y trouverait des parcelles d’ailleurs aussi.

paysage_madaCeux qui sont un peu dépaysés de me rencontrer sont les gens d’ici. On me présente comme stagiaire canadienne, mais comme vous pouvez imaginer, mes caractéristiques physiques ne correspondent pas à celles d’une Canadienne. En fait, souvent les gens croient que je suis Malgache. Ce n’est que lorsque j’exprime mon incompréhension de la langue qu’ils réalisent que je suis « vazaha ».

Je me retrouve et je découvre.

Ils découvrent et se retrouvent.

Tout comme la Colombie, Madagascar est coloré. Les maisons qui abritent ses rues sont jaunes, orange, bleues, vertes et même roses. Les nombreux marchés offrent aussi un magnifique décor aux mille couleurs. Se balader, tout simplement, est une charmante expérience sensorielle. Sans parler des fruits! Eux aussi sont colorés et ils provoquent une explosion de saveurs aux papilles. Mon coup de cœur, le corossol. Un fruit que je connaissais déjà, mais sous un autre nom : « guanabana ». C’est un fruit que l’on retrouve aussi en Colombie et que j’ai été agréablement surprise de goûter ici.

soccer_madaTout comme à Montréal, pour célébrer un événement national, les gens se regroupent pour assister à des feux d’artifice. Nous avons célébré la fête de l’indépendance du Madagascar ce 26 juin dernier. Du plus petit au plus grand, les familles sortent dans les rues avec des lampions aux motifs festifs ou qui portent les couleurs du drapeau malgache et marchent pour se rendre au meilleur point de vue pour admirer les feux.  Plus dans le quotidien, les Malgaches profitent aussi des mardis à rabais au cinéma. Le pur bonheur.

Pour la toute première fois, j’ai pris un cyclo-pousse pour me rendre au travail. Ce petit moyen de transport est à mes yeux, atypique, tout à fait cocasse et assez pratique. Encore une fois, très coloré. J’adore. Il y a même M. Rémy qui m’interpelle les matins pour me « lifter ».

rue_madaCe qui me surprend à chaque fois, c’est que malgré la barrière de la langue (parce que le malgache, Mesdames et Messieurs… est tout un défi!), il y a des choses qui nous unissent et nous permettent de partager d’incroyables moments, sans même se comprendre.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a la coupe d’Afrique des Nations qui se déroule présentement. C’est la première fois que Madagascar y participe et croyez-moi, ils font jusqu’à maintenant une participation excellente! Donc, le foot est une des choses qui nous unit. Accompagnée de mes amies stagiaires, nous sommes allées voir un match du BAREA dans une gargote de quartier, tout proche de mon nouveau chez-moi. L’ambiance était tellement allègre et authentique! Nous étions les seules
« vazaha », mais les gens nous ont accueillies comme des leurs. Nous partageons le même but : la victoire des BAREA. Nous vivons chaque minute du match avec la même effervescence, le stress des penalties avec la même anxiété et finalement célébrons les victoires avec autant d’enthousiasme.

Et je trouve ça magnifique.

received_526254601246909

La danse et la musique réunissent elles aussi les peuples. Je connais la salsa, la bachata et le folklore colombien, et maintenant l’afindrafidrao aussi.  Ce sont de nouveaux rythmes et de nouveaux mouvements, mais ils nous permettent tous d’exprimer des émotions, de nous amuser et surtout d’échanger.

Et ça aussi c’est magnifique.

Nos ressemblances nous rassemblent et nos différences nous rendent uniques.

 

Diana Alejandra Pirajan, stagiaire PSIJ 2019 en tant qu’agente en intervention sociale (éducation sexuelle et hygiène) à Sarobidy, Madagascar 

 

Ces stages sont possibles grâce au financement d’Affaires mondiales Canada. Pour consulter les offres de stage de L’AMIE, cliquez ici.


2 réflexions sur “Nos ressemblances nous rassemblent et nos différences nous rendent uniques

  1. Trop interessant l’article, le choix des mots est vraiment precis, ce qui nous peint vraiment une belle peinture quand tu parle des couleur et des ambiances. Super bien écrit, bravo!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s