La fin du projet, un clin d’œil sur ses résultats et son impact sur l’avenir.

Le projet « Amélioration des soins de santé maternels et infantiles pour les populations vulnérables » mis en œuvre en avril 2016 par L’AMIE en partenariat avec l’organisme local APECOS-Burundi avec l’appui financier du gouvernement canadien par l’entremise d’Affaires Mondiales du Canada (AMC) s’est clôturé à la fin du mois de mars 2020.

Ce projet qui visait à réduire le taux de mortalité chez les mères et les enfants s’est déroulé dans le district de la Mairie-Sud, l’un des quartiers populaires et particulièrement pauvres de la capitale de Bujumbura au Burundi. Il a été exécuté avec professionnalisme et a connu un grand succès, car les femmes bénéficiaires et les enfants ont pu améliorer leur état de santé et leur bien-être par l’assistance qu’ils ont reçue grâce, entre autres au nouveau programme de santé maternelle et infantile mis en place au Centre de santé de l’APECOS.

résultalts

Les principaux résultats atteints

  • Sur 1106 femmes enceintes suivies et accompagnées dans la sécurisation de leurs grossesses, dans la consultation prénatale (CPN), dans le suivi médical, nutritionnel et psychosocial. Parmi celles-ci, 1083 femmes ont donné naissance à 1077 nouveau-nés (dont 9 jumeaux).
  • 2038 enfants ont été suivis dans les données anthropométriques et dans l’amélioration de leur croissance. Grâce à un suivi et une amélioration nutritionnels, 317 enfants (soit près de 16% de tous les enfants) qui étaient en dessous de la courbe normale de croissance ont recouvré leur gain pondéral.
  • En partenariat avec la société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC), plus de 200 personnes (prestataires des soins de santé, administrateurs, personnel du projet, etc..) ont été formées et ont acquis de nouvelles compétences dans l’exercice de leurs attributions respectives.
  • 10740 personnes dont 6671 femmes et 4069 hommes ont été sensibilisées à la promotion de la santé maternelle et infantile lors des activités de sensibilisation réalisées par des ambassadeurs/drices formés/es au cours du projet.
  • 275 ateliers (enseignements nutritionnels, ateliers pratiques et programme OLO) ont été dispensés et des kits alimentaires distribués pour améliorer la santé nutritionnelle des mères enceintes et des enfants de moins de 5 ans.
  • 418 femmes ont été appuyées financièrement pour la mise en place d’une activité génératrice de revenus (AGR) dans le cadre du programme de sortie sécuritaire (6 mois après leur accouchement).

IMG-20191205-WA0001

Les impacts du projet et les perspectives d’avenir

Lors d’une rencontre d’évaluation réalisée au mois de mars, il a été conclu que les impacts sur le point de vue social, professionnel et économique sont indéniables pour toutes les bénéficiaires et la communauté, en voici des exemples :

Dans le cadre de la CPN, les bénéficiaires ont reçu des enseignements suffisants sur le suivi des grossesses et elles en ont été satisfaites. Les différentes formations dispensées aux prestataires des soins, contribueront également à améliorer leur rendement de façon à réduire la mortalité maternelle et infantile. Les femmes ont découvert l’importance de faire un suivi en CPN, du rôle de l’échographie obstétricale (il y avait des femmes qui ont fait l’échographie pour la première fois alors qu’elles étaient à la 6e grossesse) et l’importance des bilans sanguins chez une femme enceinte. Tous ces enseignements et pratiques leur permettront de changer des comportements et de sensibiliser les autres femmes de la communauté sur les usages à adopter quand elles sont enceintes.

Au volet de la petite enfance et nutrition, les enseignements donnés lors de différentes activités ont prouvé que l’utilité du projet a été pertinente et appréciée au point que la notion de préparer un repas équilibré a été bien maîtrisée. Les bénéficiaires en ont tiré profit en mettant en pratique les démonstrations faites par la nutritionniste.

Pour les femmes ayant bénéficié de l’appui pour l’initiation d’une AGR, elles ont pu acquérir une connaissance mûrie qui leur a permis de s’organiser, d’être autonomes et productives et ainsi contribuer efficacement aux besoins essentiels de la famille. Les leçons apprises ont porté sur le fonctionnement et la gestion et surtout sur l’impact que cela entraînera sur la promotion de leur bien-être et de leurs familles. Elles rayonneront dans la communauté qui, à son tour, s’inspirera de leur expérience. Pour pérenniser leurs actions, l’APECOS tient à les orienter vers les Organisations des Microfinances de Bujumbura qui soutiennent de pareilles actions.

chronique AGR

En matière de l’égalité de genre, des séances ont été organisées avec les couples pour les responsabiliser au suivi des grossesses et surtout la responsabilité du mari pour arriver à sécuriser la grossesse  de la femme – le rôle du couple dans la planification familiale – l’arrêt des violences conjugales – la responsabilité et la contribution des hommes dans la gestion des AGR.

chronique

L’apport des revenus réalisés par les services internes, tels l’échographie et le laboratoire, contribue à soutenir certaines activités du Centre de santé tels le paiement du gynécologue et certains besoins essentiels. Ils continueront dans le futur à contribuer à l’équilibre budgétaire du Centre.

Au cours de cette rencontre, nous avons constaté que l’APECOS seule ne peut pas réussir la continuité de l’action sans le soutien de ses partenaires, dont L’AMIE. Une action généreuse et humanitaire pourra certes sauver ces vies que L’AMIE a relevées durant 4 ans.

Les actions proposées pour assurer la pérennité de l’après-projet seraient de :

  • Garder trois unités indispensables; tels le médecin pour le suivi médical et octroi des médicaments, la nutritionniste pour le suivi des enfants en malnutrition avec appui en lait et bouillie et le chargé de l’encadrement psychosocial pendant au moins une année. L’APECOS se chargerait du laborantin, de l’infirmière et de l’administratif.
  • Organiser une formation des femmes leaders en coopératives pour redynamiser la gestion des AGR;
  • Créer une cellule communautaire de sensibilisation pour réduire la mortalité infantile et l’expansion du VIH

photo générale

Écrit par Jonas Niyonzima (4ème à partir de la droite), volontaire du projet, et Athanase Rwamo (premier à gauche), fondateur de l’APECOS-Burundi.  

Ce projet est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.

Pour poursuivre votre appui à L’APECOS, communiquer avec L’AMIE à l’adresse courriel amie@amie.ca ou visitez notre site internet http://www.amie.ca.

Pour lire et relire les chroniques mensuelles qui ont été publiées au cours du projet : https://aideinternationalealenfance.wordpress.com/category/chroniques/

banniere


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s