Se reconnecter à ses racines

Par Viko Von Röwatt

En tant que jeune autochtone, il est très normal de se sentir confus en ce qui concerne sa connexion à la culture commune qui nous a été imposée. Comme vous le savez, certaines personnes ont préféré garder la culture étrangère ainsi que ses valeurs, mais plusieurs d’entre nous souhaitons faire revivre une façon de vivre plus respectueuse de nos ancêtres, du territoire et de l’environnement. Grâce à mon expérience SIJA, j’ai trouvé de nombreuses façons de faire cette reconnexion à mes ancêtres et je souhaite transmettre ces façons à d’autres jeunes autochtones qui veulent faire la même chose mais qui ne savent pas comment s’y prendre. 

Image tirée de l’article: Lamy. M (2019). Aborder les cultures autochtones à l’Université. https://neo.uqtr.ca/ https://bit.ly/3q1YErY

Reconnaître les éléments culturels, les valeurs et les connexions qui ont été naturellement conservés 

Il est vrai que les connexions à nos ancêtres ont parfois été complètement effacées. Par contre, même si on ne s’en est pas rendu compte, certaines façons de penser ou d’agir sont la preuve d’un lien qui n’a jamais quitté notre sang. Par exemple, même si ma famille n’a pas pu conserver entièrement la culture huronne, elle a réussi à garder quelque chose d’important, les valeurs huronnes. En faisant des recherches et en rentrant en contact avec le côté perdu de ma famille, j’ai fait des liens entre la façon de penser dans la culture huronne et celle de ma famille à Montréal. J’ai reconnu que nous avons un regard spécial sur le respect de l’environnement et de la famille. Évidemment, ce n’est pas tout le monde qui a un contact avec des membres de la famille vivant ailleurs, mais il est aussi possible d’assister à des événements qui sont organisés par votre communauté autochtone pour leur montrer votre intérêt et commencer à bâtir un lien de confiance. 

Apprendre la langue de vos ancêtres

Mon expérience du stage SIJA m’a appris énormément de choses, notamment que la langue est un des éléments de la culture qui rassemble le plus de gens. Elle réduit drastiquement l’aspect de « l’étranger » lors des communications avec des personnes venant de différents milieux. J’ai pu observer ceci assez clairement pendant mon apprentissage de l’espagnol et lors de mes interactions avec les gens en Bolivie. J’ai remarqué qu’au début, nous avons vraiment eu de la misère à les rejoindre avec nos idées. Par contre, après seulement quelques semaines, j’ai remarqué une différence dans leur écoute et leur intérêt sur les sujets que nous abordions. Ils nous ont aussi remercié quelques fois pour nos efforts en espagnol. Un autre exemple, plus général, est l’importance que les Québécois.es  accordent à la langue française, langue de leurs ancêtres qui fait partie de leur culture et on peut voir à quel point ils/elles se battent pour la préserver. Ceci montre que l’apprentissage de la langue de vos ancêtres est l’une des façons les plus efficaces de se rapprocher d’eux. 

-30-


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s