« UMWANA S’UWUMWE » – L’enfant n’appartient pas seulement à sa mère

L’APECOS a déjà eu un foyer d’accueil pour les enfants abandonnés, mais malheureusement, la fermeture de celui-ci a des effets négatifs qui se répercutent dans le cadre du projet actuel.

Le malheur ne vient jamais seul.

Le projet SMNE (santé des mères, des nouveau-nés et des enfants) prend en charge des enfants et les femmes en situation de vulnérabilité. Cette prise en charge est fort appréciée par les bénéficiaires du projet ainsi que l’entourage. Bien que les femmes admises au programme soient satisfaites avec les actions et les appuis offerts par le projet, les défis ne manquent pas. Dans cette chronique nous allons parler du cas d’Espoir (enfant né du projet). Espoir est un enfant né d’une mère très handicapée. Elle a été amputée de ses 2 jambes à six ans à cause de la Poliomyélite. Adulte, elle est tombée enceinte après s’être fait violer par un homme. Cette grossesse a failli coûter la vie de la mère de l’enfant. La mère s’est exprimée en disant que si ce n’était pas l’APECOS qui l’avait prise en charge dès le 2e mois de sa grossesse, Espoir ne serait pas en vie aujourd’hui.Béni et sa maman

Le projet a suivi la mère en sécurisant sa grossesse et sa santé en général (prise en charge médicale, sociale, nutritionnelle, etc.), les résultats ont été très satisfaisants, car Espoir a vu le jour. Cet enfant est venu comme un don de Dieu pour la maman, mais un calvaire pour le reste de la famille. Pourquoi comme un calvaire? Car la famille vit dans la misère (mange à peine, sans-abri, etc.). Le centre APECOS a toujours fait des interventions dans l’encadrement de la famille pour qu’elle accepte d’accueillir la mère et l’enfant. Chose pas facile, car les membres de la famille se partageaient les kits (nutritionnels distribués par APECOS) destinés à la maman et à l’enfant, et ces derniers se retrouvaient donc toujours dans la double misère. La santé de l’enfant se détériorait de jour en jour au lieu d’évoluer malgré les efforts de notre nutritionniste. Il commençait à manifester des symptômes de malnutrition, ce qui nous a poussé.e.s à intervenir dans les meilleurs délais afin d’éviter les conséquences graves qui pourraient survenir sur sa santé.  Raison pour laquelle après entretien avec sa mère et sa grand-mère, nous avons entamé des démarches pour qu’il soit placé dans une institution afin d’assurer sa protection. Des stratégies de placement de l’enfant dans un orphelinat ont été envisagées depuis 2 ans sans succès.

Qui cherche trouve.

Remise de Beni

Espoir vient d’être placé dans un orphelinat de Masango après plusieurs recherches. Fini les grognes dans la famille. La maman d’Espoir, l’assistance sociale, la nutritionniste, et les ambassadrices sont toutes contentes de ce placement.

À la première rencontre avec les Sœurs, l’enfant a fait un sourire. Nous espérons que la suite de sa vie sera meilleure. Que mes remerciements parviennent aux Sœurs de Buterere et Masango qui ont bien accueilli cet enfant assurant qu’elles lui fourniront toute l’affection nécessaire et feront tout en mesure pour améliorer sa santé.Placement de Beni

Si nous venons de résoudre le problème de cet enfant, qu’en est-il des autres cas similaires? Les enfants qui perdent leur maman en bas âge? Les filles violées qui sont chassées de leurs maisons et qui accouchent en étant dans la rue? Les filles qui portent les grossesses non désirées?

La réouverture du foyer d’accueil de l’APECOS reste un défi pour venir en aide à ces cas abandonnés à eux-mêmes.

Aimons et agissons.

Par Denise BANTEGEYEKO, coordonnatrice du projet entre L’AMIE et l’APECOS et Goreth NICAYENZI, intervenante sociale

 

* Vous avez une minute? Nous aimerions avoir votre avis après déjà trois ans de la réalisation de ce projet terrain. Aidez-nous à nous améliorer en remplissant ce court sondage de quatre questions : Sondage d’évaluation des chroniques

 

Pour lire les chroniques précédentes :
https://aideinternationalealenfance.wordpress.com/category/chroniques/ 

Pour en apprendre plus ou soutenir ce projet qui est présentement en campagne de financement : www.amie.ca

bannière Facebook - campagne financement-projet santé mère-enfantCe projet est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s